Après plusieurs mois d’études et de concertations, la CNIL vient enfin de sortir son tant attendu projet de recommandation Cookies CNIL.

Et le moins qu’on puisse dire est que les précisions apportées risquent de ne pas convenir à tous …
Au global, cette recommandation Cookies CNIL revue reste profondément centrée autour du libre arbitre absolu qu’il faut conférer aux visiteurs.

Elle va même encore plus loin sur certains points, jusqu’alors non précisés et qui confirment les craintes de certains.
Parmi toutes les précisions apportées, une ressort particulièrement.

Cookies CNIL : Accepter ou refuser, pas de favoritisme !

Sans doute le point de crispation majeur : L’interdiction de mettre en avant l’option « Accepter » aux dépends de l’option « Refuser ».
Il n’est ainsi plus question sur son CMP (Cookies Management Platform) de n’avoir que deux options « Tout accepter » et « Personnaliser ». Il faut faire figurer les options « Accepter » et « Refuser » au même niveau afin de ne pas influencer les visiteurs.

La recommandation Cookies CNIL va même plus loin en interdisant les pratiques visant à mettre en exergue l’option « accepter » par le design. Exemple : Avoir un bouton « Refuser » en petit et gris alors que le bouton « Accepter » est coloré en gros.

Il s’agit pourtant d’une pratique courante, pour ne pas dire quasi généralisée à l’échelle du Web, la peur de ne pas recueillir le consentement se faisant de plus en plus sentir.

L’utilisation des cookies est ressentie comme indispensable à l’activité marketing ou commerciale de l’intégralité des entreprises.

Que ce soit de la simple mesure d’audience à la géolocalisation, les cookies font partie intégrante du business.

La recommandation des cookies CNIL ainsi consolidée sera portée à consultation, avant une ratification finale prévue le 25 février 2020 au sein de la CNIL.

Reste à savoir quels impacts auront les consultations (auxquelles chacun peut librement contribuer sur le site de la CNIL) sur le projet …